Quoi ? Le cycle menstruel.

Quoi ? Le cycle menstruel.


Apparaissant à l’adolescence chez les personnes dotées d’un utérus, c’est d’abord le signe que ton corps est prêt à se reproduire. Ce qui veut dire que tu peux créer un autre être humain, un mignon bébé ou un petit monstre, mais aussi aussi faire le choix de ne pas en avoir. Pouvant s’étendre entre 21 et 35 jours, le cycle menstruel dure en moyenne 28 jours. Au cours de ta vie, tu vivras environ 450 cycles, de tes premières règles (entre 9 et 16 ans) à la ménopause (entre 45 et 60 ans).

Lorsqu’on entend parler de cycle menstruel, on mentionne bien souvent les règles qui font partie du cycle mais qui ne sont qu’une partie de celui-ci. Car cette perte de sang n’est pas simplement une farce de mère nature. Comme dit ci-dessus, les règles (qui durent entre 3 et 8 jours par mois) s’inscrivent dans le cycle menstruel qui lui dure environ 1 mois. Le premier jour du cycle correspond au premier jour de tes règles. Pour cet article, j’ai choisi d’introduire le cycle menstruel avec sa deuxième phase :

La phase pré-ovulatoire (ou folliculaire)

C’est le moment où l’utérus se transforme pour créer un cocon, un nid, un endroit chaud et douillet pour que le foetus puisse s’y développer en toute sérénité. Les parois de l’utérus (l’endomètre ou muqueuse utérine) s’épaississent et se gorgent de sang. Alors que la glaire cervicale (liquide visqueux et blanchâtre sécrété par le col de l‘utérus et que tu retrouves souvent au fond de la culotte) se fluidifie pour contrôler et transporter les spermatozoïdes. L’ovaire quant à lui se prépare à l’ovulation.

Coupe simplifiée de l’appareil génital.

La phase d’ovulation

Un des deux ovaires (généralement en alternance, un mois sur deux) libère un ovocyte afin que celui-ci puisse être fécondé par un spermatozoïde. Il passe par la trompe de Fallope puis atterrit dans l’utérus afin d’être fécondé. Les spermatozoïdes ont alors 24h (en moyenne) pour atteindre le dit ovocyte. La glaire cervicale, au top de sa forme, fera tout pour mener à bien sa mission :emporter les spermatozoïdes jusqu’à l’ovocyte descendu dans l’utérus. Si l’ovocyte est fécondé, il se transformera en ovule et évoluera en foetus.

Pendant ces deux phases, le corps libère beaucoup d’hormones (je parle ici de celleux qui ne prennent pas de contraceptifs hormonaux type pilule ou implant et qui sécrètent des hormones naturelles) ce qui peut créer une excitation sexuelle plus importante. Car Mère nature voudrait qu’on se reproduise à ce moment là, c’est en tout ca le meilleur timing.

Cependant, certaines personnes peuvent vivre leur période d’ovulation très différemment : certain·e·s souffrent pendant cette période du cycle, ont des douleurs similaires à celles pendant les règles et d’autres ne voient aucun changement, ni une libido plus prononcée. A chacun·e son ovulation ! Par ailleurs, il arrive qu’on puisse tomber enceinte en dehors de la période d’ovulation, il faut donc prendre toutes les précautions nécessaires si tu n’en as pas envie.

La phase post-ovulatoire (ou lutéale)

Il y a 2 solutions à ce moment du cycle : fécondation de l’ovocyte ou non. Lorsqu’il y a fécondation, l’endomètre continue de s’épaissir afin d’accueillir l’ovule qui deviendra fœtus puis bébé. Commence alors la période de gestation et le cycle menstruel s’interrompt. Si l’ovocyte n’as pas été fécondé, le cycle continue. L’ovule meurt puis s’évacue avec les règles. A ce moment là, la glaire cervicale s’épaissit afin de protéger l’utérus. L’endomètre épaissi (qui n’est donc plus utile pour une fécondation) commence à se nécroser.

C’est souvent durant cette phase que tu peux expérimenter le syndrome pré-menstruel : des sentiments de dépression, d’anxiété, de colère ou de tristesse. Tout le monde ne le vit pas de la même façon et ne ressent pas forcément ces émotions précisément, mais ce syndrome est dû aux chutes brutales des hormones (voir article sur le SPM).

La phase menstruelle (les règles) : Les hormones sont au plus bas, et l’utérus réalise qu’il n’y a rien à tenir au chaud. Il va donc expulser l’endomètre inutile : du sang (liquide ou sous forme de caillots) et de l’eau entre autre.

A ce moment du cycle, nous sommes nombreuses.x à connaître des douleurs au niveau du bas ventre. Cela est dû à la contraction de l’utérus qui cherche à expulser le sang et l’endomètre (voir article sur les règles). Peut-être n’es tu pas concerné.e par ses douleurs (et c’est tant mieux). Si les douleurs sont insupportables, à ne plus pouvoir bouger ou sortir, tu es peut-être atteint.e d’endométriose. N’hésite pas à consulter un.e professionnel·le de santé en cas de doutes ! (voir article sur l’endométriose).

Une fois les règles terminées, le corps tente une nouvelle fois d’être fécondé. Et c’est reparti pour un nouveau cycle !

NB.

– La pilule contraceptive ou pilule hormonale ”endort” le cycle menstruel, puisque celle-ci empêche d’ovuler et donc, de se reproduire. Les hormones ne sont pas naturelles tout comme les règles qui surviennent pendant l’arrêt temporaire de la pilule.

 

Mélanie F.