Les alternatives aux tampons jetables : les protections périodiques intra-vaginales

Les alternatives aux tampons jetables : les protections périodiques intra-vaginales


CECI N’EST PAS UN ARTICLE SPONSORISÉ !

Les tampons, c’est pratique. Tu en trouves dans n’importe quel supermarché, c’est discret et facile à porter. Mais voilà. Je vais être honnête avec toi : les tampons, c’est pas hyper bon pour notre santé, ni pour celle de la planète. On ne connaît toujours pas officiellement leur composition (tu peux vérifier sur la boîte) mais nous savons grâce à des chercheuse·eur·s qui les ont analysés qu’ils contiennent de la javel (pour les blanchir), des parfums (pour sentir la rose du minou) et des perturbateurs endocriniens qui altèrent notre équilibre hormonal. Aussi, les tampons n’absorbent pas que le sang des règles mais aussi les autres sécrétions vaginales qui participent au bon équilibre de la flore. Une utilisation abusive de tampons peut conduire à des problèmes de sécheresse vaginale par exemple. Les produits chimiques contenus dans les tampons sont nocifs pour notre santé mais aussi pour celle de la planète. Les tampons ne sont pas biodégradables/compostables et produisent des tonnes de déchets par an. Ils stagnent des décennies sur la planète et leurs produits chimiques polluent les eaux et les sols. Dernier point, ça coûte cher ! 7€ en moyenne par mois pendant environ 40 années, c’est un budget (3 360€ sur une vie) !

Je sais que ce n’est pas facile à entendre car les tampons font partie de notre quotidien mais j’ai une bonne nouvelle : il n’y a pas qu’eux dans le monde merveilleux des protections périodiques intra vaginales !

La coupe menstruelle

C’est une petite cloche souple en silicone hypoallergénique qui s’insère dans le vagin pour récupérer le sang des menstruations.

Les + : la cup est économique, elle te revient à 0,42€/mois car tu l’achètes 25€ (en moyenne) et la garde 5 ans. De fait, c’est un objet écologique car elle ne produit pas de déchets menstruels : tu as juste à la vider toutes les 6h dans les toilettes ou dans la douche. C’est aussi moins nocif pour la santé car la coupe menstruelle ne contient pas de produits chimiques et n’absorbe pas les fluides. Si certain·e·s craignent de sortir de la maison en portant une cup et de ne pas trouver un coin tranquille pour la rincer, il y a aujourd’hui le mouvement Clean Your Cup qui référence les établissements cupsafe dans le monde !

Les – : Il peut y avoir un temps d’adaptation avec la cup. Ce n’est pas toujours facile les premières fois ! Aussi, il ne faut pas avoir peur à la vue du sang, ça peut être impressionnant quand on n’a pas l’habitude. Le budget de départ peut aussi être un frein. Peut-être le bon moment de souscrire à la LMDE  si tu es étudiant·e.

Le tampon réutilisable ou en crochet

Utilisé au temps jadis par Cléopâtre, le tampon réutilisable est un morceau de coton entouré d’un tissu crocheté présentant un fil pour mieux le retirer. On enroule le tout autour d’un petit bâton en bois qu’on insère dans le vagin. Toutes les 6h, on le retire, le lave et le fait sécher.

Les + : C’est écologique car réutilisable. On peut le faire soi-même. Vive l’esprit Do It Yourself !

Les – : Ils ne sont pas faciles à trouver (si tu ne le fais pas toi-même). Les premières fois peuvent être un peu compliquées, notamment pour le retirer.

Le tampon bio

Le tampon bio est fait de coton à 100%, biodégradable et compostable. Il est moins agressif que les tampons industriels car ne contient ni viscose, ni javel, ni parfum.

Les + : C’est un tampon en mieux pour ta santé et la planète.

Les – : Ils sont plus onéreux que les tampons industriels. De plus, ils sont absorbants (attention aux autres sécrétions vaginales) et sont (souvent) emballés dans du plastique.

 

L’éponge menstruelle

C’est une éponge végétale (issue de la mer) qui s’insère dans le vagin et qui absorbe le sang menstruel.

Les + : Les éponges végétales sont réutilisables. Tu peux les rincer à l’eau claire et les réinsérer. C’est compostable et 100% naturel. Elles n’ont donc aucun impact écologique.

Les – : Elles peuvent être difficile à retirer. Et il ne faut pas avoir peur du sang ! Il est fortement déconseillé d’utiliser des éponges menstruelles si tu portes un stérilet car les fils de ce dernier peuvent s’y accrocher et le faire tomber.

Le soft tampon

C’est une éponge stérile et écophile, sans composant chimique, ni anti-inflammatoires. Elle se positionne au niveau du col de l’utérus et se retire à l’aide d’une encoche.

Les + : Le soft tampon est vendu comme étant pratique pour avoir des rapports sexuels pénétrants. Il est confortable et son prix est accessible.

Les – : Il peut être difficile à retirer.

Le disque menstruel

Le disque menstruel est tout nouveau, ça vient de sortir ! C’est un cercle souple qui se positionne au niveau du col de l’utérus pour récupérer le sang menstruel. Il se jette directement dans les toilettes. Ni vu, ni connu.

Les + : Il est vendu comme un objet permettant d’avoir des rapports sexuels pénétrants sans en mettre partout. Bien vu. Il a été conçu pour épouser la forme de notre anatomie et est donc confortable.

Les – : Le disque menstruel n’est pas écologique car se jette dans les toilettes après utilisation et n’est pas très accessible (on en trouve juste sur internet pour le moment).

Une chose indispensable à savoir et qui est valable pour toutes ces alternatives est qu’il faut éviter de porter une protection intra vaginale plus de 6h. Tu peux avoir des relations sexuelles en portant n’importe laquelle de ces alternatives car il n’y a pas que la pénétration pour prendre du plaisir ! Maintenant, à toi de tester et choisir la protection qui te convient le mieux. En fonction de ton budget, de tes convictions et de ta santé. Tu as le choix !

A LIRE : Les alternatives aux serviettes sur CYCLIQUE Magazine.

Fanny Godebarge.

0 Partages