Le collectif Insomnia a encore frappé

Le collectif Insomnia a encore frappé


Photo prise par le collectif Insomnia Riot “Femmes, il y a urgence” Paris, 8 mars 2018. 

Le #8mars 2018 au matin, Journée internationale de lutte pour les droits des femmes, les hôpitaux parisiens ont eut une belle surprise. Le collectif Insomnia – qui lutte contre les propos sexistes, misogynes, lesbophobes, et tout autre discours à caractère haineux, véhiculés par des enseignes, marques, institutions ou tout autre corps en relation avec la sphère publique – a mené une action pour dénoncer les violences gynécologiques et obstétricales.

Des vulves en argile ensanglantées meurtries par des forceps sont exposées devant les hôpitaux et des affiches sont placardées avec les commentaires recueillis sur les Tumblr Paye ton gynéco et Paye ta blouse. Le collectif veut ainsi dénoncer les abus de certain.e.s praticien.ne.s lors d’examens ou suivis gynécologiques et accouchements. Les activistes du collectif rappelle une des clauses de la loi Kouchner, 2002 qui stipule qu’ « aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé du ou de la patient.e”. On est loin de ça. De plus en plus, des voix se lèvent pour dénoncer certaines pratiques et commentaires des professionnel.le.s de santé. Force est de constater, que les violences et les commentaires sexistes sont à l’ordre du jour, non pas que le phénomène soit récent. Nous sommes aujourd’hui face à une réelle prise de conscience par les patient.e.s d’un système qui souhaite nous culpabiliser plus qu’autre chose.

Dans Le livre noir de la gynécologie, de Mélanie Dechalotte, l’autrice partage de douloureux témoignages sur les violences sexistes dans le monde de la gynécologie en France : paternalisme, propos culpabilisants et essentialisants, absence de consentement, abus d’épisiotomie et point du mari… Joie et bienveillance ne sont pas au rendez-vous.

Nous soutenons les actions du collectif Insomnia. Si vous avez été victimes d’abus par le corps médical, n’hésitez pas à nous contacter : bonjour@cyclique.fr

0 Partages