La couronne vaginale ou le mythe de la virginité

La couronne vaginale ou le mythe de la virginité


Publié originellement en anglais et espagnol sur Pussypedia, écrit par Kendall Kully. Illustré par Julie Jardel.

L’idée que “l’hymen se rompt quand tu perds ta virginité” est complètement fausse. Tous les hymens sont différents (comme les flocons de neige !) mais presque aucun ne couvre l’entièreté du vagin.

Le mot « Hymen » vient du dieu grec du mariage, communément représenté comme une jeune personne portant une torche et un voile. L’hymen est utilisé comme un indicateur de virginité dans de nombreuses cultures, et depuis des siècles. Une croyance commune raconte que l’hymen est une couche de tissu vaginal qui s’étend au travers du vagin comme un bouchon, et qu’il se rompt et saigne lors de la première relation sexuelle vaginale d’une femme. On croit ensuite qu’il reste abîmé pour toujours, ou disparaît. (1)

Ce mythe sur l’hymen alimente nos mythes sur la virginité. La virginité est considérée comme pure et honorable, des croyances lourdes à porter. Cela invente une valeur malsaine à l’hymen, dont l’existence n’a dans la plupart des cas aucune relation avec la virginité d’une personne avec une chatte*.

La virginité est trop étroitement associée au coït vaginal, ce qui questionne la virginité des personnes avec une chatte* qui n’ont pas eu de relation de ce type. Selon la définition centrée sur le coït vaginal, ces personnes ne pourraient jamais perdre leur virginité. Cette définition de la virginité est donc, au mieux, défectueuse.

La vérité

L’hymen n’est pas un bouchon, en réalité c’est « une bordure de tissu située à l’orifice externe du vagin » en forme de donut ou de croissant de lune avec un grand orifice central. Les hymens peuvent avoir plusieurs formes avec différents types d’orifices. C’est comme les flocons de neige ! À chatte* différente, hymen différent. Certains ont plusieurs orifices, d’autres des fentes ou seulement un trou. Les hymens ne se rompent ou ne se déchirent pas nécessairement. Tu peux pratiquer le sexe vaginal sans jamais abîmer ou rompre ton hymen. Et ils ne disparaissent jamais. C’est un élément permanent de ton vagin. Une étude sur 36 femmes enceintes cisgenres a trouvé que seulement deux d’entre elles présentaient un hymen « abîmé ». L’hymen ne saigne pas nécessairement la première fois qu’une personne a une relation sexuelle. Le saignement peut être le résultat d’une déchirure du vagin lui-même mais presque « la moitié des personnes vierges » peuvent avoir une relation vaginale sans saigner. (1)

L’hymen n’est rien d’autre qu’un morceau de tissu. Il n’a pas d’utilité particulière et ne reflète pas si une personne avec chatte* est vierge ou non. Le groupe Swedish Association for Sexuality Education (Association pour l’Education Sexuelle en Suède) a proposé de changer le terme d’hymen en “couronne vaginale”, dans le but de remettre en cause la notion traditionnelle de la virginité. (2)

Dans quelques rares cas, l’hymen peut recouvrir l’entièreté de l’orifice vaginal. On appelle ça un « hymen imperforé ou microperforé ». Les personnes dans ce cas de figure peuvent avoir des crampes menstruelles normales mais le sang des règles ne s’écoulera pas. Dans ce cas, les médecins peuvent pratiquer un incision chirurgicale afin d’ouvrir l’hymen pour permettre au sang des règles d’être évacué, et à d’autres choses d’y entrer. (2)

Pourquoi ce mythe pose problème ?

Dans leur conférence Ted « The Virginity fraud » en 2017, les formidables doctoresses Nina Dolik Brochmann et Ellen Stokken Dahl, autrices de The Wonder Down Under : A User’s Guide to the Vagina déclarent :

« La vérité est connue de la communauté médicale depuis plus de 100 ans. Mais d’une certaine manière, ils (ces mythes) continuent de compliquer la vie des femmes dans le monde entier. Ces mythes ont été utilisés comme un outil puissant dans la tentative de contrôler la sexualité des femmes au sein de quasiment toutes les cultures, religions et ce pendant des décennies. Les femmes continuent d’être remises en question, humiliées, blessées et, dans le pire des cas, sont victimes de “crimes d’honneur” si elles ne saignent pas le soir de leurs noces. D’autres femmes sont forcées à des examens dégradants pour attester de leur virginité simplement pour obtenir un travail, défendre leur réputation ou se marier. »

L’ « examen de virginité» est généralement pratiqué par un médecin qui envahit complètement l’intimité de personnes avec chatte* en piquant ou frottant l’intérieur du vagin pour voir si l’hymen est abîmé ou déchiré. Dans certaines cultures, si l’on pense que des personnes avec *chatte ont déjà eu des rapports sexuels avant le mariage ou ont commis un adultère, elles sont assassinées. Au cours de l’année 2000 seulement, le nombre de crimes d’honneur est estimé à 5000 victimes dans le monde entier (une estimation très prudente). (3)

Beaucoup de personnes avec une chatte* ne prennent pas de risque quand il s’agit de leur virginité. Plusieurs obtiendront ce qui est connu sous le nom de « solutions rapides » telles que des chirurgies plastiques appelées “revirgination”, des ampoules de sang à répandre sur les draps nuptiaux, ou même de faux hymens ! Les docteurs qui pratiquent ce genre de chirurgies ou de procédures sont fréquemment menacés. (1)

Refusons ces mythes pour qu’enfin ils ne puissent plus être utilisés contre nous ! Éduquons-nous nous-mêmes, et les unEs les autres, sur comment sont nos corps et non pas comme on nous dit qu’ils devraient être.