Bon sang, par quoi commencer ?

Bon sang, par quoi commencer ?

Illustré par Moule.

Par une histoire de sang et de règles évidemment.

Celles des premières règles qu’on m’a inculquées enfant par exemple : dis bonjour, dis merci, sois polie, sois gentille, tais-toi, ne réponds pas.

Même quand ta propre mère se montre méchante et humiliante avec ses paroles cinglantes et sanglantes…

Un exemple ? Je vais vous donner un exemple.

Celui du jour où ma mère a appris que j’avais mes règles. Oui elle l’a appris parce que ce n’est pas moi qui le lui ai dit.

A l’époque, j’avais 10 ans et demi. C’était l’été. Je savais déjà ce que c’était, les règles, parce que mes cousines qui étaient plus âgées que moi ont eu leurs règles cet été-là. Juste avant moi.

Juste pour vous remettre dans le contexte : à l’époque, on vivait à 15 dans l’appartement de mes parents. Et quand je dis 15, ce n’est pas une façon de parler : on était vraiment 15 ! Il y avait mes parents, ma sœur, moi, des cousins, des cousines, des tontons, des tatas, et ma grand-mère. En fait, ma mère a réussi à faire venir sa famille du pays quand il y a eu la guerre là-bas. Pour ça, respect maman, même si c’était pas facile de grandir et de s’épanouir dans un tel contexte, une telle promiscuité…

Bref cet été-là, mes cousines de 17 et 14 ans ont eu leurs règles pour la première fois. Et moi aussi, juste après.

Comme je savais que ma mère se foutrait de ma gueule quand elle l’apprendrait, j’ai tout fait pour le lui cacher.

Sauf qu’une de mes tantes est tombée sur une culotte pleine de sang (que je n’avais pas eu le temps de laver en cachette) et elle l’a montrée à ma mère.

Qui a reconnu MA culotte et m’a convoquée dans sa chambre pour me “parler “.

En fait elle m’a dit en rigolant : “ah ben maintenant tu ne peux plus faire l’amour avec des hommes !”

Et là je me suis dit, du haut de mes 10 ans et demi : “ah parce que jusqu’à présent, j’en avais le droit ????”

Et là je me suis dit qu’on n’avait pas dû bien m’expliquer les règles :

Avant d’avoir mes règles j’avais le droit de faire l’amour avec des hommes. Alors que maintenant que j’ai mes règles, je n’en ai plus le droit ?

Ça veut dire qu’avoir ses règles, ça fait que j’ai moins de droits qu’avant, que quand j’étais enfant ??!

Perdre du sang, c’est perdre des droits ??

Ou est-ce que ça voulait dire “maintenant tu ne peux plus faire l’amour avec des hommes, mais tu peux faire l’amour avec des femmes” ??

Non évidemment, ce n’était pas ce qu’avait voulu dire ma mère. Elle voulait dire “tu ne peux plus faire l’amour avec des hommes car tu vas perdre ta virginité et tu risques de tomber enceinte”.

Comme vous le voyez, ma mère a une façon très personnelle de faire de l’éducation sexuelle et de faire passer ses messages.

En tout cas, bon sang ne saurait mentir. Je suis la fille de ma mère – à sang pour sang, et moi aussi j’ai un message à faire passer à ma fille qui est là avec moi ce soir.

Ma chérie,

Sois fière de toi comme je suis fière de toi.

Aime-toi comme je t’aime.

Respecte-toi.

Ne laisse personne décider à ta place de ce qui est bon pour toi.

Il n’y a que toi qui sais.

Fais fi des règles qui ne te conviennent pas.

ET VIS TA VIE SELON TES PRORES REGLES !

Vis ta vie selon tes propres règles…

Ces mots, je ne les ai jamais entendus de la bouche de ma mère. Pour autant, je ne lui en veux pas. Et du coup je terminerai par : « Allez sang rancune maman… ».

Moly est montée sur scène lors de l’open mic organisé par Selfish à SANG Rancune – 1ère édition, le 10 novembre 2018 au Point éphémère. 

Ce texte est la retranscription de sa performance que tu peux visionner sur YouTube.